L'AMOUR PARFAIT

NOUS LE GAGNONS PAR LE RENONCEMENT DE NOUS-MÊME, AFIN DE LAISSER LE MOI

SUPÉRIEUR GOUVERNER NOTRE VIE.

Chirurgie par l'intermédiaire de la Conscience Supérieuree

 

Ma  chirurgie par l'intermédiaire de  la Conscience Supérieure

“JE SUIVAIS MON OPERATION ETAPE PAR ETAPE “

 

L’homme devrait savoir que notre monde est entièrement créé par les atomes. L’unique pouvoir créateur de la Conscience Supérieure, celui de l’Esprit Saint. De ce fait, notre corps est un ensemble d’atomes qui se transforment en molécules puis en cellules. Toutes ces énergies atomiques deviennent un corps psychique et physique. Ces corps s’élaborent en fonction des données inconscientes des destins passés de chaque individu. Nous sommes tous des véhicules atomiques ainsi que le système intersidéral. Cette énergie atomique est l’énergie vitale de notre corps. Elle est plus importante que notre sang et tout le système cellulaire. En général, les êtres humains n’ont pas conscience de cela. Mais, en réalité, elle donne la vie, le mouvement, l’être aux corps psychiques et physiques. Pour réaliser nos propres actions, il faut que cette énergie vitale (neutrons) se polarise avec l’énergie du conscient (protons) et l’énergie de l’inconscient (électrons), par la combinaison de ces énergies, nous obtenons la matérialité de nos désirs positifs ou négatifs.

Dans cet article, je ne vais pas expliquer ces données scientifiques du fonctionnement de l’être psychique et physique maintenus par le pouvoir de l’Esprit Saint Universel.

 A l’heure actuelle, l’énergie vitale inconsciente de l’humanité est extrêmement souillée. De nombreux individus véhiculent une  charge électrique très négative et cette énergie provoque des troubles psychiques, physiques, matériels et des catastrophes dans l’univers. J’ai constaté depuis plusieurs années que les substances médicamenteuses ne peuvent pas contrer tous les problèmes que crée cette mauvaise énergie dans le corps.

Je fus moi-même victime d’un cancer à la paupière dû aux énergies négatives de ceux qui m’entouraient. Leur malignité et jalousie avaient provoqué ce mal. Ils se réjouissaient de dégrader mon physique. Bien que je m’en souciais fort peu, je pris la décision de partir de Los Angeles pour Albuquerque. J’avais l’intention de purifier mon corps psychique et de guérir ce problème comme je l’avais déjà fait auparavant sur d’autres maladies.   

Hélas, dès mon arrivée  une de mes étudiantes me présenta une dame française qui, comme de bien entendu, chercha la raison pour laquelle je portais des lunettes. Je compris que ces esprits malsains s’acharnaient sur moi afin de m’empêcher de me guérir par le pouvoir de la Conscience Supérieure et d’accomplir parfaitement mon travail. Celui-ci est extrêmement important pour l’avenir de l’humanité. Cette dame me présenta son fils, qui me suggéra de me faire opérer. C’est à partir de ce moment-là qu’une autre aventure commença pour moi. Voyant que je ne pourrais pas me débarrasser de cette conscience des sens (dualiste), je pris la décision de subir une intervention chirurgicale. J’étais très curieuse de savoir comment mon corps réagirait. En général, je me guérissais ainsi que d’autres par le pouvoir de la Conscience Supérieure. Depuis de nombreuses années, je ne laissais jamais intervenir la médecine.

La veille au soir de cette intervention, je me confiais à la Conscience Supérieure et le lendemain matin, je partais (avec cette dame) à l’hôpital. Je considérais ce mal comme un fait inexistant, je demeurais parfaitement calme, confiante et je n’éprouvais aucune émotion.  Pendant que les infirmières me préparaient pour la chirurgie, je parlais avec elles ainsi que la personne qui m’accompagnait. J’étais très détachée de ce que je vivais. Suite à l’examen de cardiologie, j’ai eu la surprise de constater que mon cœur  n’avait pas de problème, alors que j’avais un soi-disant un souffle  organique depuis la naissance. Il a peut-être disparu par la grâce de Dieu, tout mon système physique fonctionnait correctement. Après tous ces examens ce fut le tour de l’anesthésiste. Ce médecin commença à  m’expliquer qu’il m’administrerait un sédatif  puis un anesthésiant général, de ce fait, je m’endormirai profondément et après l’intervention (qui  durerait deux heures), j’irai en salle de réveil.  Je l’écoutais, mais  j’avais la conviction que les choses ne se dérouleraient pas comme il le prétendait. Et là, l’histoire devint très amusante. On m’injecta une dose de sédatif en premier dont mon corps n’eut aucune réaction. Puis, on m’emmena dans la salle d’opération, l’anesthésiste exécuta  son travail, mais je ne m’endormis pas pour autant, j’étais bien réveillée.

 Quelques minutes après, le chirurgien arriva et commença son travail, sans se préoccuper que je ne dormais pas. Mon esprit demeurait dans la Conscience Supérieure, c’est ainsi que je voyais les doigts du chirurgien extraire peu à peu cette tumeur. Je les entendais raconter leurs histoires de familles (une personne racontait que quelqu’un apprenait l’espagnol avec la télévision). Je ne souffrais et je ne dormais absolument pas. L’anesthésiste venait me voir de temps à autres ; il était surpris de ne pas me voir dormir  (il répétait chaque fois «non elle ne dort pas»). Je suivais point par point mon intervention sans aucune souffrance même lorsque le chirurgien découpa un morceau de peau derrière mon oreille droite pour en faire une greffe sur ma paupière inférieure. Ensuite, il recousu par l’intérieur la paupière supérieure avec la paupière inférieure, ainsi que l’arrière de mon oreille.  Deux heures plus tard, je sortais de la salle

D’opération  comme s’il ne s’était rien passer. Il est évident que je n’allais pas en salle de réveil. C’était extraordinaire car je ne souffrais absolument pas. Je n’étais pas étonnée que ces substances médicamenteuses n’aient eu aucun pouvoir sur mon corps. La seule différence était que j’avais un œil fermé. Le docteur Randy Black fit un bon travail sur ma paupière que cette tumeur défigurait même si  je ne m’en préoccupais pas. Ce qui est  important pour moi c’est la réalisation de mon union avec la Conscience Supérieure là où il n’y a pas de souffrance ni de mal. Je constate que le docteur Randy Black est un homme humble et très doué dans son travail, il est une excellente personne. L’anesthésiste a plutôt l’allure d’un gentil hippie. Il a été simplement le témoin d’un cas différent. Cette intervention ne m’handicapa absolument pas. Je conduisais mon véhicule pendant cinq semaines avec un œil fermé, et j’accomplissais mon travail normalement puisque je ne souffrais pas (je n’ai pas eu une seconde de souffrance).

 Par la suite, j’ai eu des piqûres dans ma paupière ; selon le docteur Black elles devaient me faire très mal, mais je n’ai rien ressenti, cela l’a encore étonné. A la deuxième intervention, je n’ai pas souffert non plus. J’ai même blagué avec la charmante fille du docteur Randy Black. Nous bavardions durant celle-ci. Son père fut enchanté de l’entendre parler français. Je conclus que cette épreuve fut merveilleuse pour moi et pour ceux qui ont été témoin de cette chirurgie sans souffrance.

La malignité et la perversité des personnes qui m’entouraient à Los Angeles furent vaincues par le pouvoir de la Conscience Supérieure et l’aide d’un docteur talentueux. La sphère  de l’Amour est le monde de la Conscience Divine ou Conscience Supérieure, le mal n’existe pas dans cette sphère.

Je souhaite vivement que cette leçon d’amour envers notre Conscience Supérieure, serve aux personnes qui avaient des mauvaises intentions à mon égard, afin qu’elles comprennent que si nous exprimons le Véritable Amour, nous sortons des voies néfastes de la conscience des sens (dualiste) et la Pure Energie Divine nous empêche de souffrir.

 

 

Black Randy

 

 

ATTESTATION  POUR MON ARTICLE PAR LE CHIRURGIEN RANDY BLACK

Doct black copy